Enseignement de promotion sociale: ce qui change pour la rentrée scolaire 2017-2018

C’est l’heure de la rentrée pour l’Enseignement de promotion sociale et ses quelques 160 000 élèves fréquentant les 161 établissements scolaires répartis en Wallonie et à Bruxelles! Cette année, sur impulsion de la Ministre en charge de ce type d’enseignement, Isabelle Simonis, quelques nouveautés et changements significatifs s’invitent au programme. Parmi ces nouvelles dispositions, figurent notamment: 

  • La mise en œuvre du décret pour un Enseignement de promotion sociale inclusif. Ce dernier prévoit des aménagements pour permettre aux étudiants en situation de handicap d’accéder plus facilement à leurs lieux de formation et de suivre des cours avec des outils adaptés à leurs besoins. À cet égard et dès cette rentrée, chaque établissement scolaire de promotion sociale disposera de « personnes référentes » pour aider et accompagner les apprenants en situation de handicap désireux d’entamer un cursus. Les équipes pédagogiques et administratives seront également formées à la thématique de « l’enseignement inclusif » et aux aménagements raisonnables qui en découlent. 

Parallèlement et pour compléter ce dispositif législatif, une 3èmeclasse inclusive sera aménagée, cette année, en partenariat avec Cap 48. Pour rappel, un premier projet s'est déjà concrétisé à Seraing, où un laboratoire informatique pour les personnes malvoyantes, aveugles mais aussi celles atteintes d’un handicap moteur, a été inauguré en novembre 2016.  Un deuxième chantier est également en cours à Farciennes, établissement de promotion sociale au sein duquel une classe est actuellement aménagée pour accueillir un public adulte présentant un handicap moteur ou mental léger.

  • L’accompagnement personnalisé des apprenants pendant tout leur cursus. Grâce aux récentes modifications apportées au décret organisant l’Enseignement de promotion sociale, chaque pouvoir organisateur mettra en place, dès cette rentrée scolaire, un soutien pédagogique individualisé de l’apprenant, dès son inscription et ce, jusqu’à l’obtention diplôme.

Cette nouvelle mesure d’aide à la réussite sera très prochainement complétée par un dispositif valorisant davantage les expériences antérieures des apprenants. Les établissements de l’EPS seront en effet bientôt dotés d’un processus intégré de valorisation des acquis de l’expérience (VAE). Ce dernier leur permettra de reconnaître davantage l’expérience et les savoir-faire antérieurs, les acquis formels et non-formels des étudiants lors de l’établissement de leur programme de cours. Grâce à ce programme « sur mesure », un nombre plus important de dispenses pourra être octroyé et valorisé. Un arrêté d'exécution sera très prochainement soumis en deuxième lecture au Gouvernement pour activer ces dispositions.

 

Afin de mener à bien ces différentes mesures, d’assumer les missions spécifiques en matière d’aide à la réussite des étudiants et d’accompagner les personnes porteuses d’un handicap, un budget de près de 3 millions d’euros en année pleine est prévu et l’engagement d’un total de 50 équivalents temps-plein a démarré

L’année scolaire 2017-2018 de l’Enseignement de promotion sociale sera également marquée par la finalisation de certaines mesures mais aussi l’inscription de nouvelles initiatives. Cette année devrait en effet permettre de voir d’autres projets se réaliser comme :

  • La mise en ligne d’un « Centre de ressources pédagogiques » à destination des professeurs. Ce centre rassemblera notamment les contenus des cours de l’e-learning ainsi que différents documents types pour assister les professeurs dans leurs tâches quotidiennes  tels que des modèles de grille d’évaluation, des tests de niveau ou encore des sitographies. Pour alimenter cet espace actuellement en cours de construction, 8 équivalents temps-plein ont été recrutés pour partie grâce au soutien du Fonds Social Européen (FSE).
  • L’organisation d’un 3ème appel pour l’accession au barème de rémunération 501. Une nouvelle session sera organisée pour les professeur-e-s de l’Enseignement de promotion sociale, titulaires d’un master ou d’une licence, qui enseignent dans l’enseignement secondaire inférieur. Ces derniers pourront concrètement être rémunérés au barème 501, l’échelle barémique correspondant à leur niveau d’étude. Certains professeur-e-s concernés par cette mesure ont déjà perçu une augmentation salariale depuis janvier 2017.
  • La mise en œuvre d’une « structure unique pour l’école en prison » (SARJEPS). Cette structure d’appui centrale à la réinsertion des justiciables par l’Enseignement de promotion sociale vise à améliorer, pour l’ensemble des détenus,  l’accès à des leviers favorisant une meilleure réinsertion dans la société au moment de leur sortie. Les recrutements de personnel de la SARJEPS ont débuté depuis le 1er septembre, de même que le renforcement du soutien aux écoles partenaires.
  • Le développement de modules de formation en matière de « violences faites aux femmes ». Les violences à l'égard des femmes constituent un phénomène inquiétant et une source d’inégalité, qu’il est difficile à combattre en raison notamment du mutisme des victimes. Pour prévenir, détecter ces situations et tenter d’aider les victimes, 4 nouveaux modules de formations seront bientôt dispensés aux professeur-e-s et aux (futur-e-s) professionnel-e-s de la santé, du paramédical, de la petite enfance, de l’aide à la jeunesse, de l’aide sociale, etc.

 

 

« Cette année est une année charnière pour la modernisation de l’Enseignement de promotion sociale et la concrétisation de nombreuses mesures émancipatoires antérieurement initiées », se réjouit Isabelle Simonis. « La mise en œuvre d’avancées qui favorisent l'inclusion de personnes porteuses de handicap, l’accompagnement individuel des étudiants vers un diplôme, la numérisation des outils déployés pour un enseignement de qualité, ainsi que la valorisation salariale et professionnelle des enseignants, sont autant d’aspects qui mettent en lumière la pertinence et l’étendue des compétences que peut fournir l’Enseignement de promotion sociale », conclut la Ministre.

 

Plus d’infos ?

Stéphanie WILMET : 0479/44.25.36