Violences faites aux femmes, sexisme, agressions sexuelles : Alter Égales propose 17 actions pour agir

Lors de sa 4ème édition, l’Assemblée participative pour les Droits des femmes, Alter Égales, qui a réuni plus de 120 personnes issues de 70 associations et mouvements de femmes au sein du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a adopté 17 propositions d’actions visant à lutter contre les violences faites aux femmes.

Ces propositions d’action tombent à point nommé alors que l’actualité fait enfin la lumière sur ces phénomènes de société inquiétants qui n’ont pas attendu Harvey Weinstein ou Donald Trump pour se manifester. 

Cette session 2017 d’Alter Égales, consacrée plus particulièrement au traitement médiatique des violences faites aux femmes, au harcèlement dans l’espace public mais aussi aux violences sexistes et à celles perpétrées dans la prostitution, a permis de répertorier une série de mesures à mettre en œuvre par les différents niveaux de pouvoirs. Parmi celles-ci, figurent notamment :

  • Une évaluation de la loi du 22 mai 2014 relative à la lutte contre le sexisme en collaboration avec le secteur associatif ;
  • Le développement de projets de réinsertion socio-professionnelle pour les personnes prostituées ;
  • Une meilleure formation des acteurs et actrices de première ligne aux problèmes de violence comme les services de police, de justice ou encore paramédicaux ;
  • L’intégration d’animations sur « le sexisme dans l’espace public » dans le cursus des élèves (via le cours de citoyenneté ou d’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle) ;

Un projet de recommandations à destination des rédactions et journalistes portant sur le traitement journalistique des questions de violences faites aux femmes est aussi en cours d’élaboration en partenariat avec l’Association des Journalistes Professionnels (AJP).

A l’issue de cette 4ème édition d’Alter Égales, la Ministre des Droits des femmes, Isabelle Simonis, a également annoncé qu’elle organiserait une table ronde ministérielle, en janvier prochain, autour de ces 17 propositions d’action afin que chaque niveau de pouvoir et Ministre compétent puissent se saisir des recommandations qui les concernent.

« Outre la libération de la parole incarnée par #metoo ou #balancetonporc, une réflexion et une mise en œuvre de mesures complémentaires est aujourd’hui nécessaires. A cet égard, cette nouvelle session a permis d’avancer des pistes concrètes de travail pour lutter contre les violences faites aux femmes, riches de près d’une année de travail de collaboration entre les acteurs et actrices de terrain et le politique. Il convient désormais aux représentants des différents exécutifs de se saisir de ces propositions et de les concrétiser au mieux »,souligne Isabelle Simonis.

En fin de session et dans un esprit de démocratie participative, les participants et participantes ont une nouvelle fois sélectionné la prochaine thématique de travail annuelle. Le droit à être représentée a ainsi été plébiscité pour être approfondi en 2018. 

 

Plus d’infos ?

Stéphanie WILMET : 0479/44.25.36